in

Podcast : L’amie, la mie : comment le cerveau distingue les homophones

Focus., CC BY

L’amarre, la mare, l’ami, la mie… Lorsque nous parlons, il n’est pas rare d’utiliser des mots ayant le même son, mais renvoyant à des significations bien différentes. Ces mots distincts possédant la même prononciation sont nommés des homophones.

Le plus souvent, l’élément permettant de savoir quelle est la signification à donner aux différentes possibilités d’homophones est fourni par le contexte d’utilisation du mot. Mais le contexte ne ferait pas tout. En effet, des chercheurs français des universités Côte d’Azur et Grenoble Alpes ont montré qu’il se pourrait que, dans certains cas, sans réellement en avoir conscience, nous puissions retrouver des indices dans les mots que nous entendons afin de peut-être nous aider à lever les ambiguïtés.

En un peu plus de 10 minutes, avec cet épisode, découvrez plus en détail les résultats de cette étude qui semblent montrer que des homonymes sont traités différemment par le cerveau.


Un podcast en partenariat avec La tête dans le cerveau dont toutes les références scientifiques sont à retrouver sur Cerveau en Argot.

The Conversation

Christophe Rodo does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organisation that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.

Written by Christophe Rodo, Jeune chercheur ATER terminant une thèse en neurosciences, au sein du Laboratoire de Neurosciences Cognitives, de l’Institut de Neurosciences des Systèmes et de l’Institut des Sciences du Mouvement, Aix-Marseille Université (AMU)

Disclaimer

The opinions expressed in the article are solely those of the author and do not necessarily reflect those of Iranians Global Network.

Report

What do you think?

241 points
Upvote Downvote

Comments

Leave a Reply

Loading…

0

Comments

0 comments

Au-delà du 5 décembre, la guérilla sociale des postiers

Au-delà du 5 décembre, la guérilla sociale des postiers

L’école est-elle encore un ascenseur social ?